2

Alyssa Monks

 

Alyssa Monks

Quand j’ai commencé à peindre le corps humain, j’étais obsédé par lui et j’avais besoin de le créer le plus réaliste possible. J’ai chassé le réalisme jusqu’à ce qu’il est commencé à s’effilocher et à se déconstruire de lui-même.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le site de l’artiste: http://alyssamonks.com/

Paco Sagasta

 

paco

Paco Sagasta, sculpteur et coloriste, travaille et réside à Tourrettes sur loup. Il pratique un art jubilatoire à multiples facettes. Connu et reconnu pour son univers ludique, sa liberté d’autodidacte et son imagination fertile l’entrainent dans toutes les directions qu’il emprunte aux rythmes des matériaux qu’il rencontre, de son humeur, de son humour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le site de l’artiste: http://pacosagasta.com/

L’hyperréalisme

L’hyperréalisme est un mouvement artistique américain des années 1960. C’est un réalisme quasiment photographique. Il s’inspire des précisionistes d’Edward Hopper et du Pop’Art. (définition Wikipedia).

2

La plus grande collection de peintures au monde

Tout ce que le Royaume-Uni compte de toiles dans le domaine public, soit 210 000 tableaux de quelque 45 000 artistes rassemblés sur un même site Internet et visibles d’un simple clic. Il a fallu dix ans à l’association Public Catalogue Foundation (PCF) pour bâtir avec l’aide de la BBC cet immense musée virtuel baptisé « Your Paintings »

http://www.bbc.co.uk/arts/yourpaintings/

2

Jacky Coville

Jacky Coville

Coville

Il est né à Sèvres en 1936. Après un début de carrière d’ingénieur aéronautique, il abandonne son bureau d’études à Sud Aviation pour se consacrer à la céramique. Il s’installe dans un atelier à Aulnay-sous-Bois en 1964.

Il cherche à retrouver scientifiquement la perfection des céramiques asiatiques. Grâce à ses connaissances de chercheur il pèse et traduit en grammes les poids moléculaires de matières écrasées, pilées, il retrouve des couleurs et des émaux inconnus dans la céramique contemporaine et très recherchés par les collectionneurs.

En 1976, Jacky Coville achète, à Biot, l’atelier et le four de Roland Brice qui fut le céramiste de Fernand Léger. Il créer un monde imaginaire, poétique, humoristique, voir un rien érotique. Ce monde est peuplé d’anges, de totems, de guetteurs du bout du monde, d’animaux fantastiques, serpents géants, chats facétieux, grenouilles hilares…

Ces créatures étranges, hiératiques, exubérantes ou burlesques, mélange de cubisme et de figuration sont le plus souvent réalisées à partir de formes géométriques simples aux couleurs franches et au blanc pur.

Pour Jacky Coville le temps ne compte pas. Ses oeuvres monumentales peuvent exiger plusieurs mois de travail.

L’œuvre de Coville est marquée par la maîtrise absolue de l’art de la céramique et par la dualité d’un monde imaginaire qui oscille entre humanité et animalité, humour et tragique, angoisse et joie de vivre.

Ses oeuvres sont représentées dans des musées ou établissements publics tels la Bibliothèque François Mitterrand, le MAMAC de Nice ou le prestigieux Musée national de la Céramique de Sèvres.»